TOURISME ET CIRCULATIONS MONDIALISÉES: NOUVEAUX ENJEUX ET APPROCHES DE RECHERCHE

Le tourisme, en tant que « phénomène » de déplacement, participe pleinement à la circulation mondiale des personnes, des concepts, des objets, des imaginaires, des expériences, des normes et des modèles. « En effet, loin d’être un secteur socio-économique secondaire, le tourisme est un vecteur majeur de la mondialisation » (Chapuis & Boukhris, 2016), la mobilité et la circulation. « En 2013, l'Organisation Mondiale du Tourisme a annoncé pour la première fois avoir dépassé la barre symbolique d’un milliard d'arrivées de touristes internationaux. A cause de sa magnitude de plus en plus importante, le tourisme peut être un objet de circulation (globale) particulièrement capable de nous faire réfléchir à la fois sur la formation de territorialités et de subjectivités. Nous l'appréhendons comme un fait social total et non comme un espace-temps déconnecté de la vie quotidienne des individus » (Chapuis & Boukhris, 2016). Le tourisme met en jeu des relations qui doivent être analysées et comprises à tous les niveaux : individuel, local et global. Étudier le tourisme sous l’angle de la «circulation» en particulier signifie prendre en compte la diversité des mobilités contemporaines incluant des migrants temporaires et de longue durée, impliquant divers - et souvent nouveaux - intermédiaires du tourisme tout en étant fortement influencées par le développement des technologies numériques.  

La 5ème édition des Rencontres Internationales des Jeunes Chercheurs en Tourisme de la Chaire UNESCO « Culture, tourisme, développement » a pour objectif de mettre en perspective la notion de « circulations touristiques » et d’en explorer les implications multiples et « multi-niveaux ». Il accueille donc des travaux de recherche susceptibles de mettre en lumière le développement de nouveaux imaginaires de personnes, de lieux et de destinations, de plus en plus produits et consommés par des populations diverses à travers le monde (Axe 1: Tourisme et circulation des images et des imaginaires), l’invention d’objets touristiques (Axe 2: Circulation des objets touristiques: entre tradition et invention) ainsi que la ‘diffusion’ de modèles urbains, de plus en plus reproduits par différentes destinations touristiques (Axe 3: Tourisme et circulation des modèles urbains). Un autre axe de recherche est lié au développement des médias numériques, ce qui a définitivement élargi les modalités et la portée des circulation touristiques : il devient donc crucial de comprendre si et comment les chercheurs abordent les défis et les opportunités offerts par nos ‘traces numériques’, à la fois pour mieux façonner et mieux appréhender les pratiques touristiques (Axe 4: Tourisme, trafic et « traces numériques » : potentiel et défis des médias numériques pour réorganiser et étudier les expériences touristiques). Enfin et surtout, l’internationalisation du tourisme implique également la circulation mondiale des lois et des normes. C’est pourquoi nous appelons également à des travaux de recherche qui examinent la dimension (de plus en plus) internationale des lois sur le patrimoine, ainsi que de la notion corollaire de droits de propriété intellectuelle (Axe 5: Tourisme et circulation des normes : quels impacts sur les Sites du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et Axe 6: Circulations touristiques vis-à-vis les droits de propriété intellectuelle et les revenus liés à la culture).

APPEL À COMMUNICATION

Personnes connectées : 1